« Z comme Zoïde »

Abécédaire Zoïde

 

 

Accueillir

 

Recevoir quelqu’un qui vient à nous.

“Soyez les bienvenu(e)s”

Au Cafézoïde, la porte est ouverte à tous sans exception.

L’hospitalité qu’on y cultive reconnaît en chacun le droit d’être ensemble .

Brême

 

“Dans un village situé non loin de Brême, un meunier vivait avec son âne.

Ce dernier prenant de l’âge, son maître décida de le tuer pour récupérer

sa peau. Mais dans la nuit, sentant les ennuis venir, l’âne s’enfuit.

Il décida de se rendre à Brême pour devenir musicien.

En chemin, l’âne rencontra un chien devenu trop âgé pour la chasse

et dont son maître voulait se débarrasser. Il proposa au chien

d’aller avec lui à Brême pour s’engager dans l’orchestre municipal.

En chemin, l’âne et le chien rencontrèrent un chat et un coq dans la même situation qu’eux et leur proposèrnt de les suivre sur la route de Brême.

Un soir, les quatre animaux découvrirent une maison habitée par des voleurs. Bien décides à prendre leur place, ils se débarrassèrent des voleurs

grâce à un plan : l’âne se mit devant la fenêtre de la maison,

le chien monta sur l’âne, le chat sur le chien et le coq sur le chat;

quand ils furent ainsi installés, ils bondirent par la fenêtre et les voleurs s’enfuirent. Après la disparition des voleurs, ils décidèrent de s’installer dans la maison. Le chef des voleurs envoya

plus tard un de ses hommes pour voir s’ils pouvaient récupérer la maison. Peine perdue, les animaux, dans le noir, l’attaquèrent de toutes parts. Les animaux finirent par s’installer définitivement dans la confortable maison.”

 

Conte de Jacob et Whilhem Grimm.

 

Le logo du Cafézoïde s’inspire de ce conte

car il reprend les idées de rencontre entre individus différents

sur la base de l’amitié et de l’amour de la musique.

Il parle aussi du succès des faibles contre des plus forts

quand ils savent être solidaires.

Cafézoïde favorise les liens, l’altérité, la confiance, la mixité, la non exclusion, l’accueil inconditionnel, les projets collectifs et la pratique des arts et de la musique avant toute chose !!!!

Café

 

Historiquement venu du moyen orient,

le café a été pensé avant toute chose comme un lieu de socialisation et de rencontre où l’on se rassemble pour boire du café,

écouter de la musique, jouer, lire …

Avec le temps, le café deviendra un véritable centre de la vie sociale,

un espace de débats où l’on discute, se dispute, où l’on apprend les nouvelles,

ce qui fera dire à Balzac que le comptoir d’un café est le parlement du peuple. Cafezoide reprend le concept dans son sens premier, en pensant le café comme lieu de convivialité, de rencontres, de jeux, de débats, de citoyenneté ouvert à tous et où chacun peut trouver sa place

sans condition de consommation, de tarifs, ou d’orientation de clientèle.

Droit des enfants

                                                                                                                

La colonne vertébrale du projet de l’association.

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) est un traité international adopté par l’ONU en 1989 dans le but de reconnaître

et protéger les droits spécifiques des enfants.

C’est une déclinaison propre aux enfants des droits de l’homme.

Au regard de la loi, l’enfant est donc reconnu comme une personne

porteuse de droits qui doivent être reconnus et qu’il doit pouvoir exercer.

 

Cafezoïde souhaite offrir aux enfants un espace ouvert où ils seront informés

de leurs droits et où ils vont pouvoir les expérimenter

dans une ambiance de respect, de liberté et d’écoute.

Les articles 12 et 31 de la CIDE résument à eux seuls

la raison d’être des cafés des enfants.

 

Article 12. «Les Etats parties garantissent à l’enfant qui est capable

de discernement le droit d’exprimer librement son opinion

sur toute question l’intéressant, les opinions de l’enfant étant dûment prises en considération eu égard à son âge et à son degré de maturité ».

 

Article 31. « Les Etats parties reconnaissent à l’enfant

le droit au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge, et de participer librement à la vie culturelle et artistique.

Les Etats parties respectent et favorisent le droit de l’enfant à participer pleinement à la vie culturelle et artistique, et encouragent l’organisation

à son intention de moyens appropriés de loisirs et d’activités récréatives, artistiques et culturelles, dans des conditions d’égalité ».

Enfants

 

« Un enfant est une petite personne . Il est petit pour un petit moment,

puis il grandit. Il change sans y faire attention. Tout doucement et en silence, son corps s’allonge. Un enfant n’est pas un enfant pour toujours.

Un beau jour, il change. » Beatrice Alemagna

Un enfant c’est aussi un cadeau de chaque jour

car il habite le présent, une maison qu’on délaisse trop souvent.

La Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant de 1989

définit de manière plus précise le terme « enfant » :

« […] tout être humain âgé de moins de dix-huit ans,

sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation

qui lui est applicable »

L’idée transmise, à travers cette définition et l’ensemble des textes

  de protection  de l’enfance, est que l’enfant est un être humain

avec des droits et une dignité.

Ce qui caractérise l’enfant, c’est sa jeunesse et sa vulnérabilité.

En effet, l’enfant est un être en pleine croissance, un adulte en devenir,

qui n’a pas les moyens de se protéger seul.

Aussi, l’enfant doit faire l’objet d’un intérêt particulier et d’une protection spécifique. C’est dans cette optique que des textes proclamant la protection de l’enfant et de ses droits ont été adoptés.

Famille

Réaffirmons notre conception (qui bouge et bougera encore au gré du temps et de l’émancipation) de la famille ou des familles. Car oui, la vie nous promet de connaître ou de naître ou de renaître ou de se fabriquer ou d’aimer une ou plusieurs familles. Oui, oui une famille cela signifie être accueilli dans un groupe qui nous respecte nous protège avec lequel nous avons en commun des désirs, des valeurs, des projets, des partages de silence, de rires et d’idées, des instants de tendresse et d’abandon, des êtres avec lesquels l’espace se déploie pour être soi et sortir ses tristesses et ses désespoirs sans crainte du jugement, du vide ou du vide de l’oreille ou du désert dans le cœur. Seul, on est déjà une famille. (????) Hommes, femmes séparés, divorcés, en couple, amoureux, recomposés avec enfants, sans enfants, familles de quartier, famille du Zoide, famille d’amis, réinventons sans cesse la famille.

Grandir

 

« Grandir c’est apprendre à se séparer »

dit Dolto mais comment se séparer sans se perdre ?

Le sens de la vie ne nous tombe pas du ciel.

Le sens de la vie, c’est ce que nous avons à trouver chacun. Une course en solitaire qui pourtant nous ramène toujours aux autres. Et Cafézoïde grandit avec l’altérité comme combustible, parce qu’il permet d’être en contact avec cet ailleurs de soi-même, il participe au grandir individuel et collectif.

L’art du décloisonnement des âges.

« Il faut de l’ailleurs pour grandir »Dolto

Harmonie

 

L’harmonie au Cafézoide est recherchée.

Le café des enfants n’est pas un hors-monde où les conflits ,

la complexité des rapports sociaux seraient absents ,

bien au contraire , ils sont présents ,visibles .

Ce qui est en jeu c’est le lien , la place pour chacun ,chaque humanité ,

ce qui fait que l’on partage ce bien commun ,cet espace et qui fait accepter l’autre tel qu’il est et qu’on ne tente pas de le réduire aux normes en vigueur.

L’harmonie au Cafézoide c’est quand on a accroché sa peur au porte-manteau et qu’on chante une chanson.

Indépendance

 

Comment peut-on être indépendant

alors qu’ « il n’y a pas d’humanité en dehors des hommes ?

C’est-à-dire qu’un enfant élevé en dehors de la communauté des hommes ne s’humanisera pas de lui-même, il n’accédera pas à la parole au langage,

il ne saura communiquer s’il a été exclu de toute forme de relation.

Pour aller au cœur de l’idée « c’est comme si l’amour du parent pour l’enfant nourrissait l’amour de l’enfant pour le monde »

(parent, éducateur ….) Alicia Libermann.

Alors l’indépendance se situerait ou ?

Dans une société prônant l’individualisme et la réussite,

l’indépendance, l’autonomie sont des vertus

à conquérir rapidement sous peine d’être « un  faible »

une personne dépendante …

Mais n’y aurait-il pas un juste équilibre à rechercher entre le besoin des autres et la capacité à être avec soi-même. La capacité à se soustraire au tourbillon permanent des sollicitations extérieures pour s’écouter et se raccorder avec son intuition, son ressenti.

« Pourquoi la conscience carrée est-elle l’ennemie du sentir (ressenti) ?

-Elle n’est pas son ennemie. Elle est simplement un autre lieu de nous-mêmes. Elle est d’un autre usage. La conscience carrée est très utile pour fabriquer

des trains, des routes, des avions, des villes, des médicaments, des canapés,

des systèmes increvables. Mais elle est ainsi faite qu’elle ne veut pas goûter,

elle veut comprendre. Elle ne veut pas jouer, elle veut travailler.

Elle ne veut pas de l’inexprimable, elle veut des preuves.

Elle ne veut pas être libre, elle veut être sure.

Elle doit être respectée, elle a des droits, et des pouvoirs.

Mais veille à ne pas lui laisser tous les droits, ni tous les pouvoirs.

Veille à ce qu’une porte reste toujours ouverte

dans un coin de ta conscience carrée.

Il faut que tu puisses sortir dans le jardin. »

Henri Gougaud « Les sept plumes de l’aigle »

Alors ce petit café zoïde que se propose-il si ce n’est d’être un bout de jardin,

de cultiver un mode de pensée indépendant

parce que plus en accord avec le ressenti et l’intuition.

Jeu

 

S’il se veut un espace démocratique,

le Cafezoide se veut également un espace de jeu car

 

« le métier de l’enfant c’est de jouer »

 

dit on ici en écho à l’article 31 de la CIDE.

L’association part du postulat que le jeu alimente l’enfant,

accompagne son développement.

L’enfant ne joue pas pour apprendre, il apprend parce qu’il joue.

Le Cafezoïde, proche en cela des idées de Jean Epstein,

met en avant la notion de jeu libre à travers laquelle l’enfant

par le plaisir d’une activité non dirigée va développer sa créativité,

son imagination, des intérêts et des compétences qui lui sont propres.

Il semble que dans une société basée sur les valeurs de compétition,

de rentabilité et d’efficacité, on ne laisse plus guère aux enfants

ces moments précieux où l’on ne fait rien de particulier

sinon rêver, imaginer … jouer.

Korczak

 

Une des figures de la pédagogie de l’enfance.

Cafezoïde se fonde sur une tradition de pédagogies s’appuyant essentiellement sur les notions d’expérimentation, de participation, d’écoute et de respect. L’équipe part de l’idée qu’il faut d’abord laisser

l’enfant explorer et apprendre à aimer.

Ainsi au Cafezoïde l’enfant expérimente à sa façon,

librement, suivant ses propres choix, son rythme.

Les orientations pédagogiques se basant sur cette idée

qu’aucun être humain ne peut être « éduqué » par un autre

et que le but éducatif n’est pas d’emplir l’enfant mais plutôt

de cultiver son propre désir d’apprendre.

Inspiré notamment par Korczak, Dolto ou Montessori,

Cafezoide milite pour un éducatif poétique,

favorisant l’inventivité, la créativité, l’expressivité.

Tous ces processus considèrent l’apprentissage non comme l’accumulation

de connaissances extérieures à l’individu mais comme l’expérimentation continue de sa propre formation à travers ses actions, ses choix, sa liberté.

Liberté

 

Au Cafézoïde la liberté a beaucoup de valeur.

Un café est avant tout un lieu ouvert.

Liberté d’être soi, liberté de bouger, de jouer,

de fréquenter qui on veut, quand on veut.

Liberté d’expression, liberté de choix, liberté d’aller et venir,

d’aimer ou non, de faire ou ne rien faire.

La seule limite à cette liberté, c’est la non-violence

Mode d’emploi

 

Cafézoïde est une association. C ‘est un café des enfants.

Son projet est de favoriser le bien-être et l’épanouissement

de l’enfant et de l’enfance.

Une équipe autour de 8 personnes professionnelles travaillent au Cafézoïde, mais aussi des bénévoles, des intervenants, des stagiaires… Tu peux venir quand tu veux, sans prévenir, sans réserver,

du mercredi au dimanche de 10 h à 18 h. Tu prends un « paf » à chaque fois que tu viens ; c’est ta participation aux frais du lieu. Une adhésion est à prendre après une première visite ; elle t’associe au projet, ta participation est bienvenue, chacun, chacune peut mettre la main à la pâte, en tant qu’adhérent, le lieu t’appartient.

   La sécurité de tous passe avant tout autre chose.

Petit ou grand, tu respectes toutes les personnes ( présentes et même absentes ) Les droits des enfants sont à l’honneur au café.

Aussi comme l’a dit mahatma Gandhi

« La non violence est le summum du courage »

et le mot courage vient du mot coeur… Si tu n’arrives pas à être autonome par toi même quant au respect de tous, nous te demanderons d’être accompagné la prochaine fois d’un adulte responsable.

Une assemblée des présents a lieu tous les jours à 15 h 15 :

Pour se connaître, se parler, organiser ensemble et trouver des idées pour améliorer Cafézoïde.

On cherche l’harmonie au Cafézoïdepour l’épanouissement de toutes les enfances.

Tu peux t’associer au projet activement en devenant bénévole ;

Si tu as plus de 8 ans et si tu deviens adhérent un guide  » première fois  » , un guide  » bénévole « , un dossier de presse , l’abécédaire du Cafézoïde , le projet éducatif et une boite à idées sont à ta disposition au bar ou au point info.

Le paf est valable une journée complète, il coûte minimum 1 euro pour les petits et pour les grands.

On t’offrira un thé à la menthe ou un petit sirop à l’eau.

Si tu désires boire ou manger autre chose le  » paf » coûte 2 euros ou 1 euro cinquante si tu fais partie d’une famille nombreuse ou si tu vis avec un seul de tes parents.

Sans paf tu peux rester en bas si tu le désires. Le paf te donne l’accès à l’étage où tu peux disposer de jeux libres : jeux de société et divers, baby foot, espace libre de peinture… Et te permets de participer aux différents ateliers du jour :

  • Yoga ou éveil corporel de 10 à 11 h.
  • Eveil musical de 11 à 12 h. – Assemblée des présents à 15 h 15.
  • Atelier manuel à 13 h 30 – Atelier corporel à 16 h. Enfant ou adulte, pourquoi ne pas proposer un atelier ?
  • A l’étage il y a toujours un gardien de square ou ange gardien, ou veilleur de bien être qui peux t’accueillir, t’aider à disposer du lieu et du matériel.
  • Il y a deux portes à l’étage dont une donne accès à une sortie de secours. Il s’y trouve un escalier qui peut-être dangereux pour les touts petits ; soyons tous vigilants sur la sécurité des plus petits que nous.
  • Tu peux faire un don monétaire ou non monétaire au cafézoïde.

Le cafézoide donne aussi des pafs non monétaires dans des situations difficiles ou en échange d’un service décidé entre l’équipe ( voir tableau des services possibles. ). Deux services sont possibles par semaine ; pas plus.

Un crédit peut-être fait mais l’équipe ne t’en accorderas pas un autre tant que le premier n’est pas remboursé.

Tu dois  te déchausser ou mettre des surchaussures dans l’espace petite enfance qui est sur ta gauche à l’étage. Le jardin de la fontaine magique est accessible à tous et les enfants de moins de 4 ans doivent y être accompagné d’un adulte.

N’oublie pas que l’espace lecture est un lieu de calme.

 

Si tu as au moins 8 ans et que tu es adhérent, tu peux aider un actif Zoïde au bar s’il peut s’occuper de toi.

Au bar ado tu peux vendre des boissons que tu apportés après l’assemblée des présents. En association avec un autre enfant à partir de 8 ans si vous avez un paf et si vous êtes adhérents.

Des ordinateurs sont à ta disposition ; il y a un roulement de tour toutes les 20 minutes.

A 17 h 40 le lieu va bientôt fermer, petit ou grand tu dois ranger au moins une chose.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *