La Fédération des Cafés des Enfants

La fédération des cafés des enfants

Les fondements…

La Fédération des cafés des enfants (FICE) est une association de type loi 1901. Son siège social est situé au 92 bis quai de la Loire à Paris dans le 19ème arrondissement, dans les locaux du café des enfants (CDE) de Paris.

Le Cafézoïde est le premier café des enfants. Il a été déclaré en mars 1999 et a ouvert ses portes le 1ER aout 2002.

Anne-Marie Rodenas présidente bénévole de l’association Cafézoide et fondatrice du concept a proposé que celle-ci reste de petite taille (10 salariés) à forte implantation locale (19e arrondissement et Est parisien) et soutienne néanmoins la création d’autres cafés des enfants en proposant une réunion mensuelle gratuite de transmission de projet.

Un réseau est né , suivi de la création de la Fédération Internationale des cafés des enfants

Ses statuts ont été rédigés le 13/01/2009. La déclaration à la Préfecture de police de Paris a été réalisée le 1ER mars 2011. le numéro de déclaration de création est le W751208845.La publication au journal officiel date du 12 mars 2011. La charte (intitulé exact de la charte?) a été élaborée en décembre 2007 à Caen.

Le bureau de l’association est composé des membres suivants :

_ Présidente : Anne Marie Rodenas, directrice du Cafézoide, café des enfants de Paris

_ Secrétaire : Christine Champale, directrice de Potesenciel de Lille

_ Secrétaire : Ghislaine Rhodes, directrice de l’Abordage de Nantes

Les structures adhérentes à la Fédération des Cafés des enfants sont les Cafés de Paris, Lille, Nantes Noisy le Grand et Grenoble .

L’objet de l’association est de fédérer : « les Cafés des enfants qui adhèrent à la charte des cafés des enfants. »

En adoptant cet objet la fédération des Cafés des enfants tend à promouvoir et développer les différents Cafés des enfants dans l’esprit de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

L’article 31 de la CIDE est un support pour toutes les actions menées par la fédération.

La Fédération des cafés des enfants regroupe des structures qui ont en commun d’avoir, une lecture similaire de la CIDE.

Chaque Café des enfants offre une vision déclinée localement de la convention des droits de l’enfant. Il n’en demeure pas moins que l’adhésion à la Fédération témoigne d’une interprétation quasi identique de la CIDE.

Les objectifs de la fédération.

La fédération des Cafés des enfants a rédigé ses statuts le 13/01/2009 afin de structurer ce qui était depuis deux ans une association de fait ayant pour objectif de :

  • Créer une vitrine publique permettant de l’identifier en tant que fédération au niveau international. Lors de l’assemblée générale de constitution le 13/01/2009, le bureau a estimé nécessaire de faire connaître à notre public l’existence de la fédération, au-delà des structures qu’il fréquente régulièrement.
  • Permettre à de nouveaux cafés des enfants d’adhérer à la fédération.
  • Apporter un soutien effectif aux cafés adhérents en mutualisant les connaissances de tous.
  • Développer le lien existant entre les différents Cafés au niveau de leurs directions, de leurs salariés et de leurs publics ; afin que tous se sentent adhérents et acteurs de la Fédération.
  • Organiser les rencontres annuelles des Cafés des Enfants

Profil des structures adhérentes

Chaque structure adhérente à la Fédération est constituée de locaux aménagés de manière à pouvoir accueillir les enfants ainsi que les adultes. Ces aménagements sont conçus afin de correspondre aux besoins des différentes tranches d’âge accueillies : un coin avec des jouets pour les 0-3 ans sécurisé par des tapis et des coussins, des cabanes pour les plus de 6 ans, un coin théâtre pour les plus de 8 ans et un coin « cachette » avec un mobilier plus grand destiné à abriter les conversations sans fin des adolescents. Les enfants peuvent venir accompagnés jusqu’à l’âge de 8 ans puis seuls par la suite. Sur place, enfants et familles peuvent consommer des boissons non alcoolisées, des pâtisseries, ainsi que des repas. Ceux-ci sont servis sur une aire adaptée à la restauration. Des activités culturelles sont proposées et des jeux pour tous les âges sont mis à disposition. Ces prestations sont proposées à des prix accessibles à tous les publics, des solutions de paiement non monétaires sont proposées.

Les Cafés des enfants de Lille, Nantes et Paris ont installé leurs locaux dans des quartiers en mutation au sein de grandes villes. Ces quartiers ont en commun le fait d’avoir connu au cours des deux derniers siècles des poussées démographiques importantes, largement dues au développement d’industries locales. Dans les années 70 notamment de grands travaux de construction de logements sociaux ont eut lieu dans ces zones. Cependant ces mesures montrent aujourd’hui leurs limites. Ces trois quartiers font donc aujourd’hui l’objet de projets ambitieux en termes de politiques locales d’urbanisation. Une forte volonté de rénovation et d’aménagement du territoire est exprimée au niveau municipal.

Le tissu associatif est fortement sollicité afin de pallier les problèmes sociaux que pose une telle volonté de mutation. Les cafés des enfants adhérents se positionnent clairement en tant que « médiateur » de cette mutation, avec une volonté de faciliter le contact entre les populations installées et les populations arrivantes dans le cadre d’une politique d’échanges culturels.

Inspiration et choix pédagogiques

Les Cafés des enfants s’appuient en général sur les méthodes de la pédagogie nouvelle, de la pédagogie autogestionnaire (janusz korczak) , de la pédagogie sociale et restent fortement imprégnées des théories développées par AS. Neill, Fernand Oury, Maria Montessori , Françoise Dolto. La volonté de développer l’autonomie de l’enfant passe par la liberté qui lui est laissée et l’apprentissage de la démocratie. Il s’agit de laisser l’enfant satisfaire sa curiosité et son sens de l’initiative. La volonté de la fédération est de donner aux enfants le maximum d’ouverture d’esprit en leurs faisant prendre connaissance d’un maximum d’alternatives et de point de vue possibles.

La volonté de la Fédération de vouloir adopter de nouvelles structures est très liée à ses orientations pédagogiques car celles-ci sont orientées vers l’échange et la liberté de choix. L’ensemble des personnels est sensibilisé, au quotidien, à ce type de point de vue et habitué à travailler en fonction de ceux-ci. La cohérence du travail au sein des équipes constitue un facteur de développement car elle est une des conditions sine qua non à la capacité d’influence d’une minorité au sens des théories de Serge Moscovici. Elle représente un enjeu pour l’image de la Fédération, notamment vis-à-vis de ses partenaires financiers et institutionnels. Chaque café des enfants possède son esprit propre ainsi que des objectifs opérationnels relatifs à sa durée d’existence et à des problématiques locales. Les objectifs pédagogiques, sont, dans une certaine mesure, similaires. L’application des méthodes des pédagogies actives qui placent l’enfant au centre des apprentissages est commune à tous. Chaque café se différencie pourtant dans la conception et la mise en œuvre de ses projets en fonction de diagnostics sociaux effectués sur les différents quartiers.

Chaque café travaille donc autour des objectifs pédagogiques suivants :

  • Développer l’autonomie de l’enfant : en le laissant libre dans le choix de ses activités et dans la manière dont il les pratique.
  • Favoriser la mixité sociale. La porte est ouverte à tous et les activités proposées tel que le chant familial, la peinture sur corps ou l’initiation au cirque permettent à chacun de participer avec enthousiasme, de se découvrir et d’échanger sans distinction de catégorie sociale ou d’origine tout en prenant en compte l’identité de chacun et en la respectant.
  • Ex : Les activités chant et yoga qui sont pratiquées en famille ainsi que les repas à thème au cours desquels sont proposés des plats étrangers ou régionaux cuisinés sous la direction de personnes issues de ces cultures.
  • Encourager chez tous le développement d’un esprit responsable et citoyen : en donnant à tous une voix pour décider et non pas simplement pour s’exprimer lors des assemblée générales tenues tous les mercredis. Lors de ces réunions, toutes les personnes sont en possession d’une voix destinée au vote des activités, et des actions à mener au sein des associations locales auxquelles adhèrent les Cafés des enfants.
  • Faire connaître les principes de développement durable et d’économie solidaire : en appliquant les principes de l’économie sociale et solidaire auprès de leurs publics et de leurs salariés et en animant des conférences sur le sujet. Le Café de Paris à obtenu le prix de l’économie sociale et solidaire en 2002.
  • Promouvoir une démarche en direction du développement durable, en proposant des produits issus de l’agriculture biologique ou des produits locaux, en adoptant des gestes simples favorisant l’économie d’énergie et en communiquant sur le sujet.

Une démarche inscrite dans la dynamique de l’économie sociale et solidaire.

« L’économie sociale se compose d’activités économiques exercées par des sociétés, principalement coopératives, des mutualités et des associations dont l’éthique se traduit par les principes suivants : finalité de service aux membres ou à la collectivité plutôt que de profit, autonomie de gestion, processus de décision démocratique, primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus. »

Conseil Wallon de l’économie sociale 1990

La Fédération des Cafés des enfants adhère au courant de l’économie sociale et solidaire. Les Cafés des enfants ont souhaité inscrire la Fédération dans cette logique car tous l’appliquent au quotidien dans leurs structures :

  • En faisant savoir à leurs publics qu’ils fonctionnent avec des partenaires de l’économie sociale et solidaire pour l’offre de restauration.
  • En tant qu’association, les cafés des enfants perçoivent des subventions publiques. Ils n’en modifient pas pour autant leur identité à des fins de financement
  • En proposant des modes de paiement non monétaires
  • En proposant des activités relevant de systèmes économiques alternatifs (trocs, échange de services, partage du transport) .
  • En participant à des actions militantes tendant à développer le monde de l’économie sociale et solidaire.
  • En envisageant leur activité en direction du public dans un intérêt social.
  • En se préoccupant de la situation de travail de leurs salariés et en leur proposant un mode de décision démocratique pour le choix des orientations prises par leur structure.
  • Au delà de la mixité sociale, intergénérationnelle et culturelle favorisée au sein des Cafés des enfants, la Fédération cherche à mettre en valeur sa volonté d’échange et d’ouverture sur le monde.

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *